L' Effondrement Cyclopéen. La technique utilisée pour son franchissement.

Sur la topographie Boyau de l'enfer 1 et 2.

La technique générale appliquée se résume à :
   
  - Se maintenir tant que faire se peut, proche de la paroi cohérente pour déblayer.
   -Emploi de mini charges pour désagréger les blocs impossibles à décoincer. 
   -Stabilisation des passages instables à l'aide d'étais et de vérins.
   -Evacuation des déblais en sacs, dans le labyrinthe situé à l'arrière, jusqu'au point de départ. ( L'ex. Lac Irène en parti comblé )
         
Nous avons successivement essayé de franchir cette trémie en trois points :
 
D'abord le côté gauche qui paraissait plus propice, ensuite le milieu en essayant de suivre la rivière, et en désespoir de cause, le côté droit, en essayant de suivre une paroi de la salle comblée par cet effondrement, formé par un conglomérat de blocs enchevêtrés plus ou moins cimenté par l'argile.
   
    La voie de gauche ne fut pas la bonne, elle fut abandonnée au bout de 45m, à cause de l'absence de paroi.
    La voie centrale, celle de l'eau, s'effondrait à la moindre tentative de passage. 
    La  voie de droite conduisit aux Boyaux de l'Enfer.
 
La victoire sur l'effondrement sera marquée par une fausse joie. Le 27 juillet1986, nous débouchons sur un affluent de la rive gauche. (L'Affluent de l'Inattendu ).
Enfer repris:

Etayage dans une partie de l'enfer 2.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !